baumes

IMG_0838

 

En Septembre 2014, j'ai reçu Baumes, un roman de Valentine Goby. Il a disparu dans un carton de déménagement, a changé de ville et de département. Je l'ai déballé. Sans le lire.

En Juin 2015, je l'ai ouvert. Je l'ai aimé. Beaucoup. J'ai retrouvé les notes que j'avais prises dans mon carnet To do maybe in 2015. Bein quoi ?! ils ont dit Maybe non ?!

Je suis de celles qui veulent connaître les pyramides olfactives des parfums. Autant des fragrances que j'apprécie que de celles qui m'agressent les narines. Les notes de tête (la plus volatile, elle vit seulement 2 heures), de coeur (qui se developpe pendant plusieurs heures) et de fond (celle qui subsiste parfois plusieurs jours) me passionnent.

Alors évidemment ce livre m'a parlé... J'y ai découvert que certains étaient Peaux comme d'autres sont nez. Ils essayent les parfums pour tester leur évolution. Valentine a exercé ce métier à New York. 

L'auteure nous livre un récit intime qui nous invite à revisiter les odeurs de notre vie.

Elle raconte son père qui travaillait dans une distillerie. Il était imprégné de toutes les odeurs de l'usine jusqu'à écoeurer Valentyne, la rendre malade. Je me souviens de l'odeur de fioul imprimée dans les mains de papa après avoir rempli le poêle à mazout. Certaines odeurs sans me rendre malade désormais m'écoeurent : celle du parfum Eden de Cacharel notamment, portée par ma grand mère maternelle. La mandarine tellement Yves Rocher, le mimosa et la violette forment un mélange qui m'incommode. 

Valentine  évoque le "corridor olfactif"qui l'a conduit vers sa mère. La mienne a toujours porté des parfums boisés, épicés et fruités (dolce vita et Angel notamment) .

Et que dire du choix du premier parfum ? Celui de Valentine se porte sur Paris.

Le mien a été inspiré par ceux portés par mes parents. Comme celles des parfums de maman, les essences que porte mon papa ont toujours été dans le trio : boisé épicée ambré.  Capturées dans sa barbe, elles s'impriment à tes joues quand tu l'embrasses. Je me souviens d'Egoïste qui associe Vanille de Madagascar et bois de sental et qu'il a porté longtemps (vous souvenez vous de cette publicité dans laquelle on voyait des femmes ouvrir et fermer les volets d'un immeuble en criant "égoïste!!!" ??) Son Rochas Man actuel lui va comme un gant avec ses notes de poivre, de café et de cèdre.

Mon premier choix s'est donc logiquement porté sur Féminité du bois de Shiseido réunissant le cèdre, la prune, la rose et les épices. Mon actuel "ambre des merveilles" d'Hermès est le cousin germain de mon quasi inétronable Kenzo Jungle (je l'ai abandonné pour ne pas avoir la même odeur que l'ex de mon ex) avec son accord ambré boisé sans fleurs apparentes.

Et aujourd'hui je niche mon nez dans le coup d'un homme, mon Homme, qui porte une "composition de quatre mouvements olfactifs , frais-boisé-épicé-sensuel ", forcément, ( Allure de Chanel aux notes de Tonka, Cèdre et poivre, santal et vanille) et dont les mains sentent parfois le poisson.

Aaaah les parfums de notre vie !!!

Je vous invite à lire ce roman de Valentine Goby et à vous laisser porter. Votre cerveau et votre coeur feront le reste. Les reminiscences vous feront chaud dedans.