Les facéties de Lucie

15 août 2015

Le jour où j'ai appris à vivre de Laurent Gounelle.

gounelle jour

C'est le jour où j'ai pris une décision difficile et particulièrement importante que j'ai entamé la lecture de ce roman.

J'ai avalé la première moitié d'un trait. J'ai ensuite picoré quelques morceaux chaque soir les yeux brûlants de sable. Je l'ai terminé un lundi matin où je m'étais autorisée un moment lecture au soleil avant même d'avoir effectué une seule de mes missions du jour. (Oui, j'ai parfois tendance à remettre au lendemain.)

Jonathan est un homme récemment séparé d'une femme avec laquelle il a eu un enfant et travaille encore avec elle au sein d'un cabinet d'assurances. Un matin, une diseuse de bonne aventure (j'adore cette expression) lit dans les lignes de sa main qu'il va prochainement mourir. C'est l'électrochoc qui l'amène à se poser la question du sens qu'il donne à sa vie. Il est aidé dans son cheminement par sa tante Margie dont la maison blanche devient hâvre de paix. Je rêverai d'être accueillie dans un endroit comme celui là par une aussi bienveillante guide.

Comme dans chacun des romans de Laurent Gounelle, sont glissées une pincée de philosophie et une bonne louche de développement personnel.  Le dosage est parfait pour , au choix, et selon votre stade : vous réveiller en vous mettant un coup de pied aux fesses / vous conforter dans votre vision optimiste et confiante de la vie.

En le refermant je me suis dis trois fois Oui :

Oui, j'ai raison de suivre ce que mon coeur me souffle pour ne pas laisser mes illusions mener la danse...

Oui, rien ne vaut l'écoute de ses envies profondes et il convient de ne pas s'en laisser distraire par l'éphémère satisfaction de nos désirs. Ce murmure qui vient du plus profond de soi est souvent couvert par le brouhaha des stimulis extérieurs. "A force d'être absorbé par ce qui vient de l'exterieur, on perd le contact avec nous mêmes." Et si tout ces stimulis induisent des émotions qui nous séduisent, ils nous éloignent de nous...(note pour moi même : reprendre le quart d'heure de médiation quotidienne)

Oui, "pas de tant pis sans tant mieux" comme dit mon papa : tout ce qui nous arrive, y compris ce qui semble être une expérience négative, est là pour quelque chose et pour nous rapprocher de nous mêmes.

Je vous recommande la lecture de l'interview mené par Anne Ghesquière ICI. 

Quelques extraits en images : 

coeur

se connecter à soi meme

notre voie

 

Quelques phrases glanées à méditer :

"Le présent ne se revit pas une seconde fois, les moments perdus le sont pour toujours."page 164

"Tu comprends quand on fait la guerre contre soi même , une chose est sûre : l'un de nous deux va perdre. " page 76

Enfin écoutez donc l'auteur parler de son roman...

(et puis foncez l'acheter et prenez du scotch en même temps parce les éditions Kero ont baclé le collage, le livre s'effeuille...) 

Posté par lulu38 à 21:04 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


14 mai 2015

Je cuisine beaucoup mais parfois je lis… (trois lignes avant de m'endormir)

et je danse aussi

l'empreinte

diane

Non allez sans blaguer. Je bosse 12h par jour mais parfois je lis un peu aussi. Et dernièrement j'ai lu du bon et du très très bon même !

L'empreinte amoureuse je n'ai guère pu le lâcher. Mélanie Chappuis a crée une histoire pas banale : celle d'un homme promis à mort certaine qui fait le tour de ses ex pour connaître l'empreinte qu'il leur a laissée.

Cela m'a fait penser à ce très beau livre Je t'aime (maintenant) de Sandra Reinflet.

La plume de Mélanie trace toujours des lignes aussi belles à propos de l'amour. Je recommande chaudement. Je le relirai surement. 

Le dernier roman de Sandrine Roudeix m'a bluffée. J'ai adoré retrouver l'écriture de Sandrine. Unité de temps, de lieu et d'action. Une femme dans sa salle de bain cherchant l'angle parfait pour le selfie de sa vie...pas n'importe quelle femme. Unique et universelle à la fois. C'est elle et c'est nous. 

The last but not least : Et je danse aussi de Jean Claude Mourlevat et Anne Laure Bondoux. Un échange de mails entre un auteur et une de ses lectrices. Résolument addictif. 

Posté par lulu38 à 22:34 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

06 avril 2015

Baïnes de France Cavalié

baines

Pour tout vous avouer, je n'avais pas du tout accroché à "Restons en là" de France Cavalié, au point de l'abandonner.

"Baïnes" en revanche est d'emblée entré en résonance avec moi. A mi-livre j'ai pourtant marqué un temps de pause. Aujourd"hui je l'ai repris et fini. 

Je vais peiner à en parler. Je vais vous inviter à le lire. Que vous ayez été victime ou non de violence physique ou morale. Lisez le. 

C'est l'histoire d'une femme dont l'homme qu'elle aime lui fait vivre des montagnes russes épuisantes et dangeureuses : amour/haine, douceur/ violence, joie/tristesse, Chaud/froid.

Ne pas en croire ses yeux et ses oreilles, essayer d'oublier, de comprendre, de pardonner mais se perdre, ne plus oser être soi pour ne pas déclencher la colère de l'autre, avoir peur, se sentir triste d'en être arrivée là, être partagée entre l'envie de sauver sa peau en partant et celle de rester aux côtés du bourreau qu'on a épousé. 

Incroyablement seule dans cette histoire, Rose n'ose pas en parler. Qui la croirait ? Oleg est un homme que tout le monde trouve si formidable et tellement amoureux ! Allons, allons, rien qu'une querelle d'amoureux qui va passer ! Bien plus dangereux que cela. Bien plus destructeur. Un jeu psychologique dont elle peinera à sortir et ne le fera pas sans garder de grosses cicatrices. 

Quelques extraits :

"Ne laisse personne penser à ta place, ma douce" 

" la vie est douce et méchante"

"Rien de meilleur que ce moment nuage dans la maison nuit, oú les paroles filent comme des étoiles au plafond"

Merci Sabine d'avoir glissé entre mes mains cette histoire d'amour qui tourne au cauchemar.

Un entretien qui m'a beaucoup plu ICI

baines 1

baines2

Posté par lulu38 à 19:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

26 mars 2015

Âme graphique, le fil.

Parce que j'ai le sentiment de marcher dessus telle une équilibriste et que la vie ne tient qu'à lui, j'ai photographié ce fil sur lequel je suspends mes polaroids du moment, ces extraits de bonheur à regarder les jours gris...

Merci Sabine de m'avoir rappelé ce rendez vous précieux. 

photo-2

Posté par lulu38 à 18:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

11 mars 2015

Je ne lis plus…que des livres de cuisine !

logo filles blog

Depuis le 19 février, jour du nouvel an chinois, je passe plus de 12 heures par jour à parler cuisine, à respirer cuisine, à faire de la cuisine. Quand je rentre chez moi, je fais un peu de paperasse et je fais la liste des plats que l'on va concocter le lendemain Chez les filles. Mon unique jour de repos est le Lundi. 

Le soir lorsque je me glisse sous la couette et que je tente de reprendre le roman en cours, je lis à peine un paragraphe avant de me faire happer par le sommeil...

La priorité va au trois livres mensuels du Prix Elle mais ce que je préfère c'est picorer dans ma nouvelle revue adorée : Flow. Parfois j'essaye de lire le dernier roman de Jean Philippe Blondel parce qu'il doit continuer son voyage vers Mireille...

Je suis donc traiteur dans les Halles d'Avignon depuis bientôt 3 semaines. Ce nouveau métier me plaît beaucoup. Heureusement ceci dit, vu les heures de travail qu'il nous faut abattre pour pouvoir régaler les papilles des Avignonnais.

Alors je ne lis plus beaucoup ni n'écris... mais ça reviendra ! Et les livres m'accompagnent toujours...

delices

flow 

Posté par lulu38 à 21:46 - Commentaires [8] - Permalien [#]



05 février 2015

Âme graphique 4

Photographier le silence...rien que ça ! Le petit carré jaune nous lance de sacrés défis ! Allez je le relève !

Posté par lulu38 à 23:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

03 février 2015

Lâcher prise de Miriam Katin ou l'art de s'extraire d'une histoire douloureuse par l'écriture et le dessin...

lacher prise

Miriam, 70 ans, a survécu à l'Holocauste grâce à ses parents qui ont réussi à fuir la Hongrie lorsqu'elle était enfant. Elle vit aujourd'hui à New York. 

Loin d'être arrivée à la sérénité de Magda Hollander Lafon, Miriam cultive encore de la rancoeur contre les allemands et les hongrois. 

Alors quand son fils lui annonce qu'il s'installe à Berlin et qu'il a besoin d'elle pour obtenir la nationalité hongroise, c'est la petite étincelle qui fait exploser le baton de dynamite (j'aurais pu utiliser la goutte qui fait déborder le vase mais c'était trop doux au regard du tempérament de Miriam).

Pour calmer ce trop plein d'émotions, cette septuagénaire dessine et écrit.

Cet album est le récit de ces deux voyages à Berlin. Ses visites lui font réaliser que les Allemands ont su faire face à leur passé, eux.

Elle a encore du boulot avant de parvenir à dépasser l'amertume et la tristesse. Un évènement pourrait bien l'amener plus vite sur ce chemin...

Retrouver New York et Berlin, ces deux villes que j'ai visitées et aimées cette année, grâce au très beau coup de crayon de Miriam fut pour moi un ravissement.

Album à découvrir !!!

Le site de l'auteure

lacher prise 1

lacher prise 2

lacher prise 3

lacher prise 4

 

Posté par lulu38 à 08:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

02 février 2015

Une photo, quelques mots...

bateau leil

 

 

D'habitude je fais bref. Je dépasse difficilement les quinze lignes. Je fais dans l'instantané. Je suis comme un scientifique qui prélèverait une carotte pour analyser le terrain. J'extrais et expose le bout d'une histoire. Je ne développe jamais. La longueur me fait peur, je ne tiens pas la distance.

Mes textes courts sont visiblement agréables à lire. On n'a pas besoin de s'y attarder longtemps. Je ne donne pas matière. Et pourtant certains réclament la suite de mes débuts. Touchée et surprise par cet enthousiasme, je dis parfois "ok je vous écris une suite". Je reprends le fragment mais je ne peux pas l'étirer, ça reste tout condensé. Je ne vois pas où aller. J'essaye d'écouter ce que me souffle les personnages, il parait que certains auteurs font ça. Les miens ne me disent rien du tout. Je ne sais pas broder davantage. Ce serait du superflu, de l'inutile.

Parfois je me dis que je pourrais reprendre tout mes petits bouts d'histoires, un fil et une aiguille et former un patchwork. Les personnages que j'ai déjà crées pourraient se croiser et donner naissance à une histoire plus longue. Mais avant même d'avoir essayé, je fonce tête baissée sur la photo suivante, je ponds à nouveau un petit récit. Une micro nouvelle qui déborde d'émotions. Mes amants y sont souvent déçus, mes maris infidèles, mes vieilles aigries alors que mes célibataires sans enfants s'impatientent. La plupart d'entre eux finissent par être touchés par le rai de lumière que je fais passer entre les plus gros nuages. Je n'aime pas les laisser sans espoir, mes personnages...

Sur la photo de cette semaine, les cumulus sont cotons , ils forment un sacré plafond. Et puis ce bateau, il est sans ambition, je ne le vois pas plonger ses filets en pleine mer. Dans la tempête, il serait une coquille de noix sans résistance. Il ne m'inspire rien. J'aime juste la manière qu'il a de se regarder dans le miroir de l'eau calme. Limite je le personnifierais ce bateau. J'en ferai un narcisse maritime. A la fin de mon histoire, il coulerait de s'être trop aimé sans avoir quitté le port. A sa place, on trouverait des nénuphars et son petit frère le canot pleurerait sa disparition. 

 

C'était ma participation à l'atelier de Leil, à partir de la photo de Kot et en réponse au défi lancé par les livres voyageurs : écrire un texte plus long que d'habitude...

Posté par lulu38 à 07:24 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

29 janvier 2015

Ame graphique : atelier 3

IMG_2386

 

 Real men wear fuschia !!! C'est le pied cet atelier organisé par Les livres voyageurs !!!

amegraphique

Posté par lulu38 à 18:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 janvier 2015

Une photo, quelques mots …

arbre leil

Je t'ai dans la peau. Entre le derme et l'épiderme. Sel pur d'aluminium, cuivre ou cobalt, je ne sais pas exactement. Curcuma peut être, qui sait. Pour le jaune ils font ça il paraît. Combien de coup d'aiguilles ? Des milliers comme autant de petites morsures. Le dessin était parfait. Pas de bavure. Le bon format. Toi et moi gravé pour toujours. 

Un toujours de quelques mois. J'avais dit que je ne recommencerai pas. Plus rien d'inscrit sur mon corps. A la rigueur sur l'écorce d'un arbre, comme une adolescente, ou bien un cadenas sur le pont des arts. Mais plus de scarification, plus de poison dans mes pores. A chaque fois, j'oublie, je m'emballe, j'y crois. Je me fais tatouer. Et puis larguer. La fresque sur mon corps s'est dangereusement aggrandie. Il ne me reste que quelques centimètres de peau disponible et aussi peu d'espoir...

Fragment d'histoire écrit pour l'atelier de Leiloona.  

Posté par lulu38 à 07:43 - - Commentaires [28] - Permalien [#]