"Quand on perd quelqu'un, quand on perd ceux qu'on aime les uns après les autres, ça vous déchire au plus profond. Et on finit par craindre la moindre égratignure."

page 325 de ce polar suédois que j'ai beaucoup aimé.

Sans hémoglobine mais rempli de mauvais sentiments (xénophobie, homophobie) terreaux de haine et de jalousies. Voilà de quoi déchanter, le modèle n'est pas si parfait...

Je vous le recommande.

Olle Lönnaeus, "ce qu'il faut expier". Lu dans le cadre du prix Elle.