06 septembre 2013

"Dans la lumière" de Barbara Kingsolver

"Dans la lumière" est un roman qui m'a accompagné cet été et m'accompagnera longtemps. Pas seulement parce qu'il frôle les 600 pages mais parce que l'écriture de l'auteure excellement traduite m'a charmée par son humour et les images convoquées. Barbara Kingsolver a le don pour camper des personnages atypiques qu'on adore ou qu'on déteste d'entrée. Elle est également douée pour nous agripper avec une histoire à la lisière de la fable philosophique. Quand les monarques changent de lieu de transhumance, ne doit-on... [Lire la suite]
Posté par lulu38 à 08:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

21 juin 2013

L'angle mort de Véronique Merlier

   COUP DE COEUR (oui, encore un !) Ce n'est pas un hasard si je publie ce billet le 21 juin, premier jour de l'été. C'est pendant cette saison que s'effrite sérieusement l'histoire entre Cecile et François, comme l'a fait une des miennes. Troublant rapprochement.  Voilà ce que j'écrivais en message privé à l'auteure de "L'angle mort", Véronique Merlier, le 1er juin. "Sans Bérangère du comité de lecture qui me l'a recommandé, je ne serais peut être pas venue vers cette histoire et j'aurais eu tort. Votre plume... [Lire la suite]
Posté par lulu38 à 06:50 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,
16 juin 2013

La petite cloche au son grêle de Paul Vacca

COUP de COEUR !!! Les sons, les odeurs et les couleurs nous ramènent à l'enfance comme Proust l'a été par sa madeleine. Pour le narrateur qui s'adresse à sa mère dans ce roman, c'est le tintement de la cloche de la porte du bar, les odeurs de tabac brun et d'anisette, les senteurs du lilas et de la glycine, l'odeur contenue dans les pages d'un roman, la couleur mauve d'une robe... Quand un ado de 12 ans croise la route d'une femme qui le fascine (ou la découvre derrière un buisson) et que celle ci abandonne sa lecture en cours dans... [Lire la suite]
Posté par lulu38 à 06:46 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
13 juin 2013

L'attachement de Florence Noiville

  Allez j'arrête de tourner autour du pot, je le rédige ce billet sur "l'attachement". Enfin, je le tape plutôt car tout est écrit depuis des semaines sur mon brouillon. J'ai "verdi" du papier tiré d'un carnet de ma propre mère. Sur une page, j'y ai trouvé entrelacé son prénom et celui d'un ou d'une Claude. Etrange coïncidence. Mais je ne suis pas Anna et je n'ai pas retrouvé de lettre adressée par maman à ce ou cette Claude.  Anna, 20 ans, retrouve une lettre écrite par sa mère, Marie. Elle est adressée à un homme,... [Lire la suite]
Posté par lulu38 à 08:09 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
02 juin 2013

La grosse de Françoise Lefèvre

  Hier en triant et rangeant des kilos de papiers, de livres et de magazines, je suis tombée sur un billet rédigé au brouillon il y a un an et que je n'ai jamais publié sur mon blog. Il le faut pourtant car le roman dont il est question était un coup de coeur dont je me souviens encore. Je ne peux pas garder ça pour moi.  Je l'ai lu d'une traite ce roman de 109 pages qui se délitait au sens propre puisque je perdais les pages à mesure que je les tournais, pas facile pour lire.  Céline Rabouillot est garde... [Lire la suite]
Posté par lulu38 à 10:34 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mai 2013

Les impurs de Caroline Boidé

Il faut d'abord vous dire qu'en général je ne suis pas attirée du tout par les romans ayant pour toile de fond une guerre, d'Algérie ou pas. C'est vrai de tout récit dont l'empreinte historique est trop forte.  Pourtant qu'est ce que j'ai aimé le roman de Caroline Boidé ! Il faut dire que c'est avant tout une histoire d'amour, et ce thème me parle toujours. Ce roman a reçu le prix des rencontres du II ème titre de Grignan. Ce roman je l'ai lu d'un trait un dimanche matin avant de retourner aux rencontres de Grignan. J'en ai... [Lire la suite]
Posté par lulu38 à 06:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2013

"Le vase où meurt cette verveine" de Frédérique Martin

Il y a des livres qui vous prennent par surprise. Vous en commencez la lecture, vous en aimez les mots délicats. Et peu à peu l'étau se resserre, vous êtes ferrés, pas moyen de le lâcher et de fermer votre bouche bée devant les dénouements successifs.  Cela commence pourtant de manière anodine par un échange de lettres entre un mari et sa femme. Joseph et Zika ont 70 ans passés. Le coeur de Zika "flageolle", elle a besoin de soins sur Paris. Pour être plus près de l'hôpital qui s'occupera de son moteur, elle est logée chez sa... [Lire la suite]
09 mai 2013

Désordres Lettre à un père d'Elsa Montensi

  Lu d'une traite. Debout. M'appuyant sur une jambe puis sur l'autre. Ne pensant même pas à m'assoeir, ni à respirer. Une fois le livre refermé, abasourdie. Une claque. Elsa Montensi a eu le courage de tremper sa plume au plus profond de son coeur et de son ventre. Le résultat est bluffant. Cette lettre à un père homosexuel, elle nous la donne à lire sans pour autant faire de nous des voyeurs.  Incarnation d'une union coquille vide, elle a de quoi se poser des questions sur cette situation hors normes qui a... [Lire la suite]
Posté par lulu38 à 06:58 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mai 2013

C'est une occupation sans fin que d'être vivant de Sylvie Aymard.

  Le titre + un papier positif lu je ne sais plus où (psychologies magazine ou Clés) + une quatrième de couverture inspirante = un achat sans hésiter. Et c'était une très bonne idée ! Moins de deux cent pages suffisent à l'auteure pour donner une sacrée épaisseur à une famille dont les enfants font ce qu'ils peuvent pour avancer avec leurs casseroles, leurs secrets, leurs démons et leurs fantômes. Humour et poésie, la plume de Sylvie Aymard m'a touché, ses images m'ont parlé.  Anna, 40 ans, court pour "s'éloigner du... [Lire la suite]
Posté par lulu38 à 09:54 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 mai 2013

Mue de Mélanie Richoz

  Ce roman charnel et sensuel m'a happé et fasciné.  Dans Mue, il est question de peau, celle que l'on quitte pour avancer, qu'on griffe, qu'on marque, qu'on caresse, qui appelle celle de l'autre dans laquelle on aime parfois se glisser et celle dont on a envie de goûter la saveur salée.  Dans Mue, au-delà de la peau, il s'agit d'amour, celui que l'on fuit, qu'on ne s'autorise pas, qui effraie, qui vous saisit et vous brûle. Dans Mue, il est question du rôle de l'écriture et de la lecture dans nos vies. Lire... [Lire la suite]