il est temps 

C'est Julie qui m'a donnée envie de lire ce roman et qui me la prêté. J'ai carrément avalé cette histoire d'une seule traite. Addictif et lumineux. Merci Julie !

Adam est écrivain public. Il rédige des lettres contre des lapins, des chaussures, bref on ne le paie pas, on troque. Dragos, son colocataire, est vendeur de poids et n'utilise pas la salle de bain. Dommage. Plus les gens qui se pèsent sur sa balance installée en place publique ont perdu de poids, plus Dragos gagne sa vie. Michelle Ballanger a crée autour d'eux une galerie de personnages touchants qui rêvent d'une vie meilleure loin de leur pays, la Roumanie. L'auteure enchâsse habilement leurs histoires et nous dévoilent peu à peu les secrets qui pèsent sur leurs coeurs. Elle nous fait marcher avec ces personnages vers la lumière dans un pays qui essaye, lui aussi, de se relever malgré son lourd passé. 

Conquise. (et j'ai comme Adam et Dragos bu des litres de café noir pendant ma lecture)

Quelques extraits : 

page 40 : La révolution a obligé les Roumains à compter au-delà de cent- les cents choux de leur jardin. Auparavant la centaine passée, l'Etat calculait pour eux. Mais l'Etat était devenu fou. 

Page 27 : Une homme, une femme, avant de monter sur ma balance, a une idée de lui-même qui le rend souriant ou pas. Et puis, il lit le nombre qui apparaît sur le cadran et là, le regard peut changer, devenir un bonheur, un souffle de joie et il ou elle repart avec bien moins de poids que de kilos. Au contraire, il ou elle repart en laissant de profondes empreintes dans le sol. Pourtant rien n'a changé entre avant et après. Sauf le regard qu'ils portent sur eux mêmes. Les gens se jugent, se condamnent ou s'acquittent, se félicitent ou se torturent. 

page 45 On ne devoile rien aux étrangers. Ne laisser entendre que la voix officielle, même quinze ans après la révolution. ces choses là ne changent pas avec les révolutions. 

Page 60 Elle disait que vivre ce n'était pas obéir à ceux qui nous dictaient qui nous étions au travers de discours sans fin, répétés à chaque occasion. 

page 82 les hommes entre eux parlent de leurs femmes et les femmes entre elles parlent de leurs hommes "Qu'y a t-il d'autre d'intéressant?"

page 132 l'été au lycée "Quand les élèves n'y sont plus. Ils ont laissé leur rires quelque part dans les escaliers, dans les toilettes et dans les salles de classe aux volets clos."