bowie

J'ai lu ce roman sans perdre jamais le fil malgrè le nombre d'interruptions qui a égréné ma lecture.

La phrase de fin m'a interpelée. Notez bien, je n'ai ni frère, ni soeur. "Chaque fois que j'entends l'une ou l'autre prononcer son mot, son expression, il me vient comme une évidence que les enfants uniques sont terriblement à plaindre". Je ne suis pas d'accord mais la vie d'une fratrie n'est en rien comparable c'est évident. 

Pour preuve, Helène, Anne et Emilie, sont trois soeurs qui perdent coup sur coup une mère fantasque et égocentrique et un père généreux à s'endetter. Avant cette double perte, elles se sont alliées et aimées, détéstées et opposées et ont parfois préféré mettre des kilomètres entre elles. La mort et la maladie de leurs parents les rappochent le temps de régler les détails administratifs. Funérailles, biens à se partager, dettes à refuser, il faut tout gérer dans la douleur.

On remue les souvenirs, on les disperse et la vie reprend. Jusqu'à la mort de David Bowie qui est la goutte d'eau qui fait déborder le vase et fait rejaillir ce qui s'est joué entre les 5 éléments de cette famille.

Voici un texte qui renvoie à notre propre histoire et qui émeut, serre le coeur, fait rire et sourire aussi. Sonia, vos mots, parfaitement choisis comme toujours, touchent y compris la fille unique que je suis et qui a déjà vécu la première partie de ce roman et n'est absolument pas pressée de vivre la deuxième. 

Je vous recommande ce roman. Et je dois vous dire que chaque échange avec Sonia ou lecture de ses romans me redonne envie d'écrire. Elle a été ma coach d'écriture pendant quelques semaines il y a 3 ans. Allez zou notez ce titre et foncez en librairie !