pars avec lui

 J'ai lu, dans le dernier numéro du magazine Flow, un portrait d'Agnès Ledig. J'ai alors mieux compris pourquoi sa plume m'a fait pleurer. Cette auteure est traversée par les émotions, les siennes et celles qu'elle perçoit si bien autour d'elle. Hypersensbile et douée d'empathie, elle est d'un optimisme sans faille malgré les coups durs qu'elle a vécus. 

En lisant les premiers mots de "Pars avec lui" j'aurais dû comprendre qu'il ferait fortement écho en moi : "C'est tout au fond de soi, dans l'obscurité des failles profondes, que l'on trouve parfois la force de se battre pour la lumière. L'amour sans respect n'est pas l'amour. En prendre conscience et le fuir ne constitue ni un échec ni même une défaite, mais une grande, une très grande victoire ". 

Je l'ai lu sans me douter qu'il me laisserait les yeux aquariums une fois refermé. Jusqu'à la moitié je me disais ok c'est un roman "feel good" facile à lire et sympathique. Il a finalement représenté bien plus que cela pour moi. 

L'histoire : un jeune pompier est soufflé par l'explosion de l'immeuble sur lequel il intervenait pour sauver un enfant des flammes. L'infirmière du service dans lequel il est hospitalisé va booster son envie de se remettre sur pied. Ils vont s'aider l'un l'autre à faire revenir la vie en eux. 

"Pars avec lui" c'est le message que souffle parfois la petite voix au fond de soi. Cela parait parfois déraisonnable et cela se révèle pourtant être la meilleure solution. 

"Rien n'arrive par hasard. Je suppose qu'il aura fallu que Juliette vive des choses très dures pour se libérer de cet homme. ça s'appelle l'experience. Après tout, nous souffrons tous et c'est ce qui nous indique le chemin à suivre ou celui à éviter. Pour moins souffrir la fois suivante." page 272

J'ai adoré l'idée de l'arc en ciel =

"-il y a une seule chose importante que vous puissiez faire pour ce bébé quand ça ne va pas et que vous avez peur pour lui, c'est lu envoyer un arc en ciel d'amour...

- un arc-en-ciel d'amour ?

- vous visualisez votre coeur, vous visualisez le sien, le trajet est court, et vous imaginez un ar-en-ciel d'amour de l'un à l'uatre. Un arc-en-ciel, parce que l'amour est tout aussi impalpable et immatériel, et tout aussi coloré. " page 212

"elle s'est délicatement posée sur la vie, comme une plume qui jusque là a été prise dans les remous des vents violents et rencontre enfin une zone de non-turbulence". page 218

"je suis souvent revenue sur ces années, en cherchant à comprendre ce qui avait bien pu se passer pour que je tombe dans cet engrenage malsain. J'ai compris que la seule chose qui m'avait vraiment manqué, c'était ce discernement dont on a besoin pour savoir si l'on se respecte. (...) je ne me suis pas respectée en laissant cet homme me mérpiser, me maltraiter psychiquement, puis physiquement."

"j'ai une certitude : on apprend la vie toute sa vie." "ça n'existe pas les personnes sensibles qui n'ont pas besoin d'un bouclier". "on a tous besoin de se sentir aimé véritablement, reconnu dans ses qualités et malgré ses défauts. Ainsi on peut s'épanouir sans crainte et sans jugement". page 342 et 343

Comme à Celeste du blog Livrogne, ce livre m'a fait du bien.