photo-8

Deux pages pour figurer le tremblement de terre, magnitude 9 sur l'echelle de Richter : Milo, ado qui chute à vélo, en est l'épicentre. 

Trois cent trente cinq pages pour raconter comment s'est accumulé le magma et quelle force atteignent les répliques.  

Toute la famille les encaisse : Jeanne, la grand mère, qui ne veut pas être désignée comme telle, le père, Lino, sang melé d'alcool pour calmer l'angoise, la mère, Céleste, qui voit le positif en chaque chose, la tante, Marguerite, celle par qui le malheur arrive toujours...

La construction de cette histoire est brillante. Les vérités qui sont mises à jour un peu moins. 

5 temps : celui de la colère, de la haine, de la vengeance, de l'amertume et du pardon.

4 personnages qui remachent leurs souvenirs et donnent tour à tour leur version du récit familial. Un tissu de mensonges qui se déchire au rythme où le fait cette famille. Au coeur de tout, l'amour. La peur de ne pas en recevoir, la difficulté à en donner quand on a été bléssé, l'angoisse de le perdre et pourtant, l'impossibilité de s'en affranchir. 

J'aime la richesse du roman choral qui donne à voir la même histoire avec les yeux de tous les personnages.Valérie Tong Cuong excelle dans ce genre !

A la lecture on ressent tout le potentiel cinématographique de cette histoire. A quand l'adaptation ? 

Quelques extraits : 

"Combien de fois dans une vie l'être humain renonce-t-il à se faire confiance ?"

"On ne mesure correctement que ce que l'on perd"

"Il suffit de si peu de choses pour que nos vies bifurquent"

"Ainsi le temps ne guérit de rien, il se contente d'enfouir"

"J'offrais mon corps à qui voulait, cherchait seulement à vérifier si je méritais d'être aimée ou plutôt piétinée, une conduite absurde et délétère. Après chaque assaut négocié, la corrosion du désespoir creusait le trou déjà béant de mon coeur."  page 111...


Le livre du jour : "Pardonnable, impardonnable... par FranceInfo