atelier leil 

Echec et mat. Incapable de bouger. Pieds et poings liés. Tu n'as rien vu venir. Tout était calculé. Une pièce après l'autre. Tu as cru qu'il s'agissait d'un jeu inoffensif, d'un puzzle qui laisserait apparaitre un joli motif final. Pas un engrenage fatal. Que veux tu, tu es la victime parfaite. Douce et intelligente. Tu m'as donné du fil à retordre. Je déteste les proies faciles. Il a fallu que je t'apprivoise, que tu aies une confiance aveugle en moi.  J'ai parfois manqué de subtilité. Alors tes sourcils se fronçaient et tu reculais, méfiante. Il me fallait tout recommencer, t'amadouer à nouveau. Te faire culpabiliser d'avoir douté de moi. Malaxer ton cerveau comme de la pate à modeler. Donner à tes idées la forme qui me plaisait. Te persuader encore que tu faisais fausse route et que la seule voie à suivre était le chemin que je te traçais. Nous y voilà. Tu es à moi. Pour toujours. 

Ma participation à l'atelier de Leil. L'image me plaisait beaucoup mais les jours ont défilé sans que je parvienne à écrire une ligne. Un coup de pied aux fesses ce soir pour produire quelque chose, sur le fil.