envole toi octobre 

Le 1er roman de Virginie Troussier "Folle d'absinthe"  je l'avais follement aimé au point de le lire deux fois de suite. 

Prune, l'écorchée vive qui remâchait ses souvenirs se serait parfaitement entendue avec Suzanne la narratrice mélancolique de ce 2ème roman de Virginie Troussier. 

On la dit folle. Je la trouve seulement hypersensible, traversée en permanence par une multitude d'émotions qui la bousculent au point qu'elle semble perdre la raison. 

Pourtant. Si elle paraît au bord du gouffre, elle a en elle une féroce envie de vivre. Elle cherche l'équation qui fait battre le coeur plus fort. Tout est plus intense chez Suzanne, la tristesse comme la joie. Elle étire chaque émotion au maximum et s'en revêt. 

Elle archive aussi, Suzanne. Des milliers de souvenirs qui saturent sa mémoire et la fragilisent. Elle se dope à l'amour mais ça ne fait que l'affaiblir un peu plus. Elle est poreuse Suzanne. Une véritable éponge. 

Les hommes qu'elle rencontre et les livres qu'elle lit, tout concourt à la faire avancer sur un chemin baigné de la lumière donné par un soleil qui finit toujours par percer les nuages. 

J'ai noté des dizaines de phrases dans un petit carnet. Virginie Troussier enfile les mots comme d'autres les perles sur un fil barbelé qui laisse des marques sur ses lecteurs. 

En lisant ce roman, je me suis laissée envahir par une douce mélancolie, j'ai ouvert quelques cartons de souvenirs et je me suis demandée avec Suzanne comment éviter que nos émotions nous dévorent, comment être moins perméable aux autres et comment savoir qui nous sommes, comment les réseaux sociaux modifient nos relations et comment le zapping relationnel altère la valeur de l'amour.  

Et en le refermant, j'ai eu envie de lire Sylvia Plath, je me suis dit que j'étais heureuse de la densité que je donne à ma vie intérieure et de la lumière que j'arrive à percevoir en toute chose.

Je me suis demandée si moi non plus je n'étais pas folle.

C'est un COUP DE COEUR. Foncez l'acheter, lisez le d'un trait. 

Des extraits parmi tant ...

"Les femmes folles ont une chute de reins profondément marquée parce qu'un torrent d'émotions transperce leur ventre et érode leur taille." page 124

"Je sais que certains esprits voient dans l'introspection du narcissisme. Ils ne saisissent pas l'expression "vie intérieure" . Page 131

"Une femme amoureuse c'est terrible. Tu peux tout obtenir d'elle, tu peux la mettre sur le flanc, tu peux la faire ramper, elle peut te lécher les pieds." Page 197

"Les mots d'amour. Ils font faire de ces choses" page 199

"La colère est la sécrétion des faibles peaux. Ce sont des mots d'amour à l'envers, une émotion à haute voix, un pas de travers". 229

"Pourquoi fou ? Qui l'a décidé ? Où se situe le curseur de la raison ?" 258

"Oui, nous pouvons changer, comprendre, mais il faut le vouloir et s'aventurer. La mélancolie peut devenir positive, et c'est ce chemin que nous allons prendre". 53

Le billet de Séverine qui a visiblement aimé la "plume embrasée" (embrassée ?! parce qu'elle enflamme autant qu'elle enlace...) de Virginie !

Merci Virginie pour la si jolie dédicace ! Touchée !