salinger

Je vous parle peu de mes lectures dans le cadre du prix Elle 2015. Mais là, vraiment, il le faut.

Pour ceux qui auraient manqué les épisodes précédents, je suis donc jury du prix Elle pour le mois de janvier et j'ai reçu en octobre le colis de 7 livres, le plus conséquent donc.

"Mon année Salinger" sort du lot, il est en tête de podium, du mien.

J'ai accroché d'emblée à l'histoire grâce à l'écriture et au ton. J'aurais adoré le lire d'un trait mais n'ai pas pu matériellement le faire. Y replonger de temps en temps c'était comme de retrouver une amie, l'ambiance et l'atmosphère ne m'avaient pas quitté.

Cette jeune femme vit à New York, à Brooklyn exactement, avec son fiancé Don un écrivaillon dont les histoires sont trop tarabiscotées pour être publiées. Il faudrait raboter.

Joanna est embauchée comme assistante dans une maison d'édition où seule la machine à écrire a le droit de cité et dont la boss a des airs de tyran.

La mission principale de Joanna consiste à répondre au courrier des lecteurs d'un auteur, un certain Jerry, qu'elle a l'occasion d'avoir au téléphone de temps en temps. On ne lui demande pas autre chose que de recopier une lettre type de réponse. Elle va pourtant déroger à la consigne plusieurs fois...et finir par essayer de comprendre cette fascination des lecteurs pour les romans de ce fameux Jerry...

Un bon roman qui parle de ceux qui font les livres, les mettent au jour ou au pilori, sur un piedestal ou au fond d'un carton.

Un récit qui rappelle que les romans sont parfois des miroirs tendus qui font du bien pour avancer et accepter ce qui transperce nos coeurs.

Amoureux(ses) du monde des livres, de l'écriture et de l'amour, je vous recommande cette lecture qui donne envie de découvrir l'univers de Salinger (en tout cas le faire n'est pas un pré-requis pour aborder ce livre là).

Extraits : quand elle évoque le fait qu'on s'identifie très facilement aux personnages de Salinger au point d'avoir l'impression que l'auteur a pénétré notre cerveau. "Peut être que, comme moi, vous vous être surpris à sangloter en vous reconnaissant dans le personnage, soulagé de savoir que quelqu'un d'autre avait éprouvé le même épuisement, le même desespoir (...) quelqu'un d'autre qui essayait de comprendre comment vivre dans ce monde".

"Parce que lire un histoire de Salinger, c'est moins lire une nouvelle qu'entendre Salinger vous le chuchoter à l'oreille. Il crée un monde à la fois incroyablement réel et terriblement plus intense que la réalité, comme s'il parcourait la terre avec les nerfs à vif."

"tu es rose et lumineuse. Tu avances dans le monde comme si tu irradiais la lumière"

"Il n'y a pas de vrai. Il n'y a pas de vérité (...) le monde est quelque chose de subjectif. Il est le produit de notre experience."