photo-8 

J'ai choisi d'emprunter ce livre pour différentes raisons : d'abord pour le titre, ensuite pour les mots de la 4ème de couverture : " les jeunes femmes rebelles de ces récits prônent l'amour libre", "insolence", "autodérision", "ironie", "liberté de ton", enfin pour les pétales de fleurs trouvés entre deux pages. 

petales

 J'ai accueilli de manière inégale ces 4 nouvelles qui forment le recueil. 

Je n'ai pas terminé la dernière, "Sun Zi cherche son père", qui nous propulse en 2020 aux côtés d'un jeune homme qui part à la recherche de son père. 

La 3ème "13 pièces éparses" m'a invité à la reflexion sur ce qu'est le peuple, de quoi il se nourrit et jusqu'où la foule peut délirer... La journaliste de cette histoire se documente sur le terrain pour écrire un livre sur le sujet. La chute de la nouvelle est digne d'un roman de Teulé. 

"Pourquoi le peuple ne faisait-il qu' ajouter foi aux rumeurs ? Pourquoi faut-il toute une vie pour convaincre un individu alors que des racontars suffisent à mobiliser toute une foule ?"

"Amours clandestines", la deuxième nouvelle, est l'histoire qui m'a le plus touchée. C'est celle d'une femme mariée, écrivain, qui a des amours parallèles et notamment un amant régulier. Combien de temps pourra t'elle maintenir ce fragile équilibre ? 

"Moi qui avais toujours pensé que l'individu n'était pas maitre de son destin, j'avais maintenant le sentiment que rien n'était si simple que d'infléchir le cours de sa vie." page 67

"Zao Xiaojun équilibre ma vie de femme mariée" page 29

"J'ai découvert que les amours clandestines dépassaient en intensité tout le reste". page 70

"Tout comme mes amis fréquentent des filles pour pimenter leur vie de couple, une femme peut prendre un amant pour consolider sa relation maritale". page 71

Quant à la première histoire qui donne le titre au recueil, elle est parfaitement étonnante, je vous laisse le plaisir de la découverte. Vous verrez que certaines fixettes peuvent mener à la folie...et à l'écriture !

Comme toujours avec les éditions Picquier c'est donc une bonne pioche !

Traduction du chinois assurée par Hélène Oskanian.