sauf quand on les aime 

J'ai su dès les premières lignes. Une évidence. Ce roman m'a happé.

Vous en parler ensuite est forcément compliqué. Je réecris chaque phrase trois fois tant elles me paraissent toutes constituer un ramassis de lieux communs, tant elles sont fades et ne font pas honneur à ce beau livre.

Ce roman contient toutes les facettes de la vie même les plus sombres. Frédérique Martin nous les donne à lire expurgées de tout artifice. Elles sont brutes, non édulcorées. Les émotions qu'elles font naître chez les personnages transpirent de chaque page. Elles nous atteignent, on les revêt toutes. 

Claire, Juliette et Kader ont formé colocation à Toulouse pour parvenir à mieux affronter la vie en oubliant que la digue la plus solide n'empêche pas le ravage d'un tsunami. La déférlante qui s'abat sur leur petit monde est plus violente que les grains de sable qui faisaient déjà dérailler leur apparente harmonie. 

Cette cruelle réalité n'empêche pas le bonheur de pousser telle une fleur de rocaille entre deux rochers. 

J'adore Ethan et Tisha pour la liberté qu'ils s'autorisent, pour leur absence de certitudes et leur envie de croquer la vie quand même...Frederique Martin a l'art des descriptions atypiques et éloquentes et le réalisme maitrisé de son récit me l'a fait aimer instantanément et durablement. 

Coup de coeur donc et ma façon de croquer la vie confortée.

sauf quand on les aime 1

sauf quand on les aime 2

J'ai adoré le billet de Leiloona aussi.