en cuisine 

Voici un pavé de 600 pages que j'ai lu de manière discontinue sans jamais décrocher. Tout simplement parce qu'une fois les personnages et l'intrigue posés, l'auteure déroule le fil avec talent et sa traductrice est plutôt douée.

Gabriel Lightfoot, la quarantaine, est le chef du restaurant d'un palace Londonien fatigué. Sous ses ordres, une brigade cosmopolite et bruyante, un panaché de caractères contrastés avec lesquels il lui faut composer.

Mais Gabriel ne compte pas croupir dans cet hôtel dont les fleurs sont en plastique. Il veut monter son propre établissement avec le concours de sa splendide et chanteuse de femme Charlie. 

Le corps sans vie d'un employé retrouvé dans les sous sols du resto et l'irruption de Léna dans la vie de Gabriel vont perturber ses projets et mettre en lumière l'esclavage moderne qui a cours dans son pays. 

Des passages à se lécher les babines, d'autres cruellement réalistes, certains drôles et touchants. Pas de cavalcades ni de rebondissements délirants et pourtant on ne veut pas lâcher cette histoire.

On veut savoir si la santé du père de Gabriel va s'améliorer, si le débit de parole de Jenny, la soeur de Gab, va diminuer, si Lena va envoûter notre chef cuisinier, s'il va prendre le risque de perdre sa belle Charlie. Et puis on se régale de l'ambiance de la filature familiale et des cuisines du restaurant. 

Et on se dit qu'on va lire d'autres romans de cette auteure. Sans trop tarder.