photo (30) D'abord un grand merci à Mirontaine pour la découverte et un grand merci aux Editions La contre allée dénicheuse de pépites !

J'ai dévoré ce court roman, le premier d'Amandine Dhée, le sourire aux lèvres, appréciant le ton décalé et l'humour de cette auteure qui décrypte les comportements humains en milieu urbain.

Ecriture inventive, rythmée, originale, empruntant aux codes du cinéma, du documentaire animalier, de la publicité et des magazines féminins avec leurs tests psychologiques et leurs questionnaires à choix multiples. 

La ville, son métro, ses parcs, ses escalators, ses supermarchés. On y mange, on s'y rencontre, on sature alors on la quitte et puis on y revient car elle nous manque. 

De multiples passages savoureux à lire à voix haute sur les liens sociaux et amoureux et ce qui les provoque (les accidents de la route et le lancer de gant ), sur le primeur et le boucher "et pour la p'tite dame ?", les vieux des villes qu'on visitera bientôt comme des musées. 

A lire absolument. 

Puis vous irez sur le site de la maison d'édition pour télécharger un bonus audio en répondant à une question dont la réponse se trouve dans les pages de ce roman. Et vous entendrez Amandine Dhée parler de son livre, en lire des extraits. Et comme moi, vous aurez hâte de la retrouver en Février pour lire son deuxième bébé. 

Extrait : "Sous nos pieds, ça vit.

Les gens des villes s'enfouissent sous le trottoir pour arriver plus vite.

ça s'appelle le métro, qui s'appelle en réalité le métropolitain c'est plus joli mais plus long alors tant pis on dit métro.

Métro, ça fait moderne, ça fait on va être à l'heure, on time, point de croissance et club sandwich.

Métropolitain, ça fait terrasses de café, baguettes et béret, on tombe amoureux et on arrive en retard les cheveux mouillés.

Fort gentiment, une voix de femme annonce les stations du politain. La voix s'appelle Elise. Elle s'applique bien, pour que les gens ne se trompent pas, ne sortent pas on ne sait où et recommencent une nouvelle vie par hasard."