Rarement roman ne m'avait happée et bousculée à ce point là !

Deux récits parallèles : celui de Isabelle en 1987 et celui de sa fille Romane en 2010 revenant sur les traces de sa maman.

Isabelle, anxieuse, terriblement anxieuse, ne sort jamais des rails qu'elle s'est construits craignant le chaos qui pourrait naître de la moindre bifurcation. Elle n'aime pas l'imprévu. Elle est pêtrie de peurs l'empêchant d'avancer et ne connait pas le lâcher prise. Elle en a fait fuir Pierre le père de ses enfants. Romane, sa fille, l'a detesté pour cette vie étriquée qu'elle menait.

Août 1987. Comme chaque été, Romane et son frère, Adrien, passent ce mois chez leur papa et Isabelle séjourne chez sa mère. Un simple coup de fil et les plans d'Isabelle tombent à l'eau : sa maman flirte avec une vieille connaissance et ne veut pas avoir sa fille dans ses pattes. Isabelle ne sait pas ce qu'elle va faire de ce long mois jusqu'à ce que son chemin croise celui d'un musicien des rues. Après cette rencontre, elle ne sera plus jamais la même. 

Ce roman est un coup de coeur absolu. Je tarde à vous en parler car mes brouillons de billet ne me semblent jamais à la hauteur de l'émotion ressentie...

Comme elle est belle à voir la renaissance de ces deux femmes !

L'une s'empêche de vivre, elle est éteinte et silencieuse. L'autre hurle, elle est en colère, incadescente, en pleine combustion. Mais elle aussi se ferme à la vie parce qu'elle est défigurée par le brasier dont elle a été sauvée. 

Isabelle s'empêche de vivre, laisse ses peurs la paralyser, prendre le dessus jusqu'à ce qu'enfin elle parvienne à s'ouvrir, à oser vivre ses rêves intérieurs.

Romane qui a fui cette mère immobile va revenir à la vie grâce à elle en partant à la recherche de son musicien mystérieux.

C'est un roman à la lisière du conte qui nous dit qu'il faut prendre le risque de vivre quitte à se brûler un peu les ailes. Vivre comme si on allait mourir demain. Parce que "so what "? que peut -il arriver de si terrible après tout ?! 

Bon bein je vais aller le relire, tiens, m'en imprégner de cette jolie morale...

Premier grand cru classé pour Livrogne, Choco vous intime de le lire et puis c'est tout !!! et évidemment c'est grâce à Clara que j'ai lu cette merveille ! Merci.

Un grand merci à Murielle Magellan pour ce roman splendide. Je garde un souvenir doux et chaleureux de notre rencontre aux mots Doubs en septembre dernier.