Quand un bel évènement se transforme en drame, la littérature est-elle une bouée à laquelle on peut se raccrocher ?

C'est ce que croyait Olivier Frébourg l'auteur de ce roman. Mais les mots sont bien inutiles lorsqu'un bonheur espéré se transforme en épreuve douloureuse.

Son épouse et lui sont déjà parents de deux enfants et s'apprètent à accueillir des jumeaux. Mais la naissance a lieu bien trop tôt. L'un des deux bébés, Arthur, ne survit pas et le second, Gaston, atterit dans une couveuse où il est obligé de se battre pour survivre.

Ce livre est le récit de ces mois terrifiants où il faut faire le deuil de l'un et prier pour la vie de l'autre.

Pour l'aider à traverser ce drame, l'auteur fait de constants parallèles avec la vie de son idole : Gustave Flaubert. Un auteur qui fuyait toute paternité et préférait accoucher de livres.

Certains passages sur Flaubert m'ont paru longs. Pour le reste, j'ai plongé dans cette histoire et je l'ai dévoré. J'ai arrêté sans cesse ma lecture pour noter des phrases qui me touchaient.

Ce documentaire est une réussite dans le sens où l'experience vécue permet une refelxion sur la parentalité, la littérature et le rôle de l'un et de l'autre dans nos vies. Et si nous faisions des livres et des enfants pour combler le vide de nos existences ?

Roman qui rentre dans le cadre du challenge petit bac 2012 catégorie prénom !! et de 5 !!