J'extrais encore une citation de ce roman que j'ai aimé et cette fois je vous en parle un peu plus. Je dis Merci à Jack pour le prêt et je le glisse dans la liste de mon challenge petit bac 2012 pour la catégorie objet (vous l'aurez compris je veux aller au bout des deux challenges littéraires que je me suis fixés cette fois...).

  

"En me lançant dans cet étrange voyage, j'avais réalisé le rêve de tout homme : traverser la forêt de ses peurs pour accéder à ces émotions secrètes, ces infimes parcelles de bonheur qui sont en nous, tapies dans un endroit que nous ignorons, et que, souvent, nous recherchons pendant toute une vie."

J'aime décidemment les romans de Jean Paul Dubois. Le personnage principal (il s'agit toujours d'un Paul marié à une Anna) part souvent à la recherche de lui-même pour trouver  sa place, se reconstruire. Dans ce roman, c'est d'abord une quête de vérité. Paul cherche à comprendre qui était son dentiste de père qui passait tous ses étés à pêcher au Canada avant d'y périr noyé dans un lac. Ses mots d'écrivains sont bien inutiles, il s'aperçoit qu'il doit aller plus loin et accomplir un pélerinage sur ses traces au Québec. Trouvera-t-il les réponses à ses questions ? L'aideront elles à vivre, à garder l'envie d'avancer malgrè son divorce et l'annonce de sa stérilité ? Que cherche-t-il à prouver à ce père disparu ?

Une fois ouvert, impossible de le refermer. On suit cet homme de 48 ans qui a perdu ses repères et compte bien retrouver le Nord quitte à y laisser sa peau. Parce qu'il souhaite enfin vivre en paix, se sentir présent au monde et à sa place, enfin.

 A lire absolument.