Photo_380 Et bien voilà un album qui fait du bien et particulièrement à toutes celles qui ont 30 ans passés et à qui tout l'entourage (familial, amical et professionnel) serine à longueur de temps "Quand est ce que tu nous fais un petit ?" Remarquez l'expression :"que tu nous fais" : ils n'ont qu'à s'y mettre s'ils veulent un petit ou alors on en fait un et on leur donne pour de bon ! En général démarre le couplet suivant glorifiant la maternité : "Tu verras, quand tu en as un, tu te demandes comment tu as fait pour vivre sans tout ce temps"

Cette BD déculpabilise et c'est bon !!

Madeleine Martin, illustratrice et auteur des madeleines de Mady (blog et bd), s'est associée à Véronique Cazot pour créer un album haut en couleur publié par les éditions fluide Glacial. 

C'est l'histoire de Jeanne 35 ans, photographe free lance, en couple depuis 8 ans avec Jeff. Signe particulier : ne veut pas d'enfant. Résultat : elle et lui cauchemardent à la perspective d'être parent lorsqu'elle oublie sa pilulle. 

Alors quand on a 35 ans et pas d'enfant, les amies qui en ont nous regardent avec un petit air triste, pensent que l'on rate notre vie, que l'on ne sera pas complètement femme, nous traitent d'égoïste et nous promettent de vieillir seule. Elles n'ont d'autres sujets de conversations que les premières dents et diahrées du bambin et prétendent que c'est super de s'arrêter de bosser pour s'occuper de son enfant. Difficile d'affirmer haut et fort que le projet d'avoir un enfant ne fait pas partie des nôtres alors que le taux de natalité explose : les françaises ont en moyenne deux enfants !

Jeanne, saturée du discours ambiant de son entourage sur la maternité à tout prix, prend un bol d'air en cherchant sur internet des témoignages de personnes qui, comme elle, ne souhaitent pas d'enfants. Surtout elle rencontre Maria qui a elle non plus n'a pas désiré être mère. Comme elle le dit si bien : "aucun choix n'est idéal" mais la vie qu'elle a choisie est celle qui lui correspond le mieux, à partir de là elle ne peut rien regretter. 

Un grand merci à celui qui m'a offert l'album. Il n'a pas pris autant de plaisir que moi à la lecture, il s'attendait à de la bulle plus trash façon Margaux Motin. C'est vrai que le trait de crayon est différent, plus doux, et que le thème est traité de façon plus grave, moins légère que ne le fait Margaux Motin. Pourtant on sourit, on rit à la lecture de nombreuses planches. Je pense aussi que cette bd trouve plus d'echo chez les femmes concernées. 

Pour la route un extrait du spectacle de Florence Foresti "Motherfucker" pour celles qui auraient encore envie d'enfanter !